Une Défense des Armes Nucléaires Non stratégiques

Par Josh Orsi, Université Catholique d’Amérique

Au printemps 1954, l’empire colonial français en Asie du Sud-Est frôle l’effondrement.  Les forces de la Quatrième République se sont retrouvées envahies par les rebelles communistes vietnamiens, qui à la mi-mars avaient acculé une importante armée française dans le nord-ouest du Vietnam.  La défaite totale des Français à Dien Bien Phu a conduit à la partition du Vietnam et à sa réunification éventuelle sous le régime communiste.  Mais en 1954, le président des États-Unis Dwight Eisenhower envisagea fermement une intervention vigoureuse au nom des Français: un raid de bombardement, nommé Opération Vautour, visait à affaiblir le siège vietnamien.  Un projet de plan préparé par les chefs d’état-major interarmées prévoyait même la possibilité de larguer un trio de petites bombes nucléaires.[1]

Depuis le 9 août 1945, aucune arme atomique n’a été utilisée en temps de guerre.  Leur déploiement a été largement limité, dans l’imaginaire populaire occidental et la stratégie officielle, à divers scénarios apocalyptiques.  Mais au début, ce n’était pas le cas: trois ans avant Dien Bien Phu, le général Douglas MacArthur aurait proposé de larguer plusieurs dizaines de bombes atomiques pendant la guerre de Corée.[2]  Cette volonté de traiter les armes nucléaires comme fondamentalement similaires aux armes conventionnelles va à l’encontre de l’hypothèse prédominante selon laquelle la bombe A avait “changé le caractère de la guerre elle-même.”[3]  Selon le regretté intellectuel public catholique Angelo Maria Codevilla, officier de longue date du Service extérieur et traducteur de Machiavel, “la caractéristique déterminante de la guerre ne peut être que l’imposition violente de la volonté d’un peuple à un autre.  Le conflit des volontés des combattants, et non de leurs armes, a fait la différence dans la violence des guerres…. Les armes nucléaires ne changent rien à cela.”[4]  Compte tenu donc de la nature de la guerre et des principes de proportionnalité et de discrimination, le présent document défendra l’affirmation selon laquelle il existe dans la guerre conventionnelle des circonstances dans lesquelles des armes nucléaires non stratégiques peuvent être utilisées à juste titre, ce qui rend l’utilisation non stratégique des armes nucléaires une question de prudence.

L’argument le mieux commence par une clarification: ce document concerne l’utilisation d’armes nucléaires sur le champ de bataille, et non en tant qu ‘“armes de destruction massive” proprement dites; à savoir., attaques contre les villes et les principaux centres de population tels qu’Hiroshima et Nagasaki.  Alors que de telles attaques (qui peuvent également être menées par des armes classiques, comme à Dresde et à Tokyo en 1945) relèvent à la fois de la guerre et de la théorie de la guerre juste, des actes de ce type ont été condamnés sans équivoque par le Concile Vatican II dans la Constitution pastorale Gaudium et Spes: « Tout acte de guerre qui vise sans discernement à la destruction de villes entières ou de vastes zones avec leurs habitants est un crime contre Dieu et l’homme lui-même.  Il mérite une condamnation sans équivoque et sans hésitation.”[5]

Le Catéchisme de l’Église catholique, citant le passage ci–dessus, ajoute la phrase suivante: “Un danger de la guerre moderne est qu’elle offre la possibilité à ceux qui possèdent des armes scientifiques modernes – en particulier des armes atomiques, biologiques ou chimiques – de commettre de tels crimes.”[6]  Par conséquent, tout en reconnaissant le danger inhérent à la possession d' »armes scientifiques modernes », le Catéchisme note que ce danger découle de la crainte que de “tels crimes” – c’est–à-dire la destruction aveugle de villes, etc. – puissent être commis.  Cette subtilité indique que ces armes ont des fins militaires légitimes, ce qui est en tension avec le plan jusqu’ici non réalisé du pape François pour changer le Catéchisme interdire même la dissuasion nucléaire.  En effet, l’idée du Saint-Père “ que l’utilisation des armes nucléaires est immorale. Non seulement leur utilisation, mais aussi leur possession: parce qu’un accident ou la folie d’un chef de gouvernement, la folie d’une personne peut détruire l’humanité, ”[7] lors de la livraison à la suite d’une visite à Hiroshima, ne reconnaît pas la distinction au sein de la Catéchisme, puisqu’elle suppose que les armes nucléaires sont moralement distinctes des armes classiques.

Mais d’où vient cette distinction ?  Pourquoi les armes nucléaires sont-elles considérées comme particulièrement horribles, alors que leur destruction était infime comparée à celle infligée à l’Europe et à l’Asie par les forces conventionnelles?  Deux raisons sont facilement invoquées: leur nature immensément destructrice et les effets terribles et durables de l’intoxication par les radiations.  Alors que l’empoisonnement par rayonnement en tant qu’arme est propre à la guerre nucléaire, il n’est pas plus terrible que la corne d’abondance de mutilations offertes par les armes conventionnelles.  La question de la guerre nucléaire est donc une question de proportionnalité, et la compréhension dominante de l’Occident, reflétée dans les commentaires privés du pape François cités ci-dessus, est que toute utilisation militaire de telles armes est intrinsèquement disproportionnée et donc éthiquement erronée.

Cela ne suit cependant pas.  Le principe de proportionnalité, tel qu’énoncé par William Mattison, dicte que “l’usage de la force violente estproportional « proportionnel » (ou proportionné) lorsque les dommages causés par l’usage de la force ne dépassent pas la force nécessaire pour rétablir un état de choses juste et pacifique.”[8]  Deux considérations sur la nature de la guerre sont donc invitées: d’abord“ « Dans la guerre, alors, que votre grand objet soit la victoire, pas de longues campagnes »”[9] deuxièmement, la reconnaissance que les armes ne sont qu’un moyen d’acquisition d’objectifs humains (pour revenir à la remarque de Codevilla, citée précédemment : “le conflit des volontés des combattants, et non leurs armes, a fait la différence dans la violence des guerres”).

« La guerre est une simple continuation de la politique par d’autres moyens.”[10]  La nature de la guerre est la manipulation, par la violence directe ou indirecte, de la volonté politique d’un groupe étranger.  La paix est généralement obtenue de deux manières: une longue et coûteuse attrition de la patrie et de la population ennemies, jusqu’à ce que la volonté politique de l’adversaire de poursuivre le conflit soit considérablement dégradée, ou un coup militaire rapide et décisif qui capture ou détruit une partie si importante des forces ennemies que le même résultat est obtenu.  En appliquant le principe de proportionnalité, il est évident que si, dans aucun des cas, la théorie de la guerre juste n’est nécessairement violée, le risque est considérablement plus élevé dans le premier cas.  Cela est particulièrement clair lorsque le deuxième aspect de la proportionnalité, la discrimination, est introduit, défini par Mattison comme “l’affirmation selon laquelle pour que l’usage de la force soit juste, il faut faire une discrimination entre combattants et non combattants, et ne jamais tuer intentionnellement ces derniers”.[11] (cela exclut les attaques décisives contre des cibles civiles, telles que les actes de terreur, qui représenteraient une troisième méthode pour parvenir à la paix en temps de guerre).

La discrimination, ou plus descriptivement l’immunité non combattante, est l’enseignement de l’Église catholique, et peut être vu dans le texte de Gaudium et Spes cité ci-dessus.  Cependant, le principe n’interdit pas absolument le meurtre de civils; si la mort de non-combattants est moralement mauvaise et ne doit pas être délibérément poursuivie en temps de guerre, elle est également reconnue comme généralement inévitable.  Évaluée par la doctrine du double effet, qui dans son deuxième critère (dans la formulation de Grabowski) interdit d’obtenir un bon effet au moyen d’un mauvais, et appliquée à un contexte militaire, la mort de civils ne peut être encourue par une attaque directe ou immédiate contre des infrastructures civiles.  Dans le cas d’Hiroshima, bien que la ville elle-même ait le siège de l’armée japonaise défendant Kyushu[12], et pourrait donc être considéré comme un objectif militaire crédible, l’utilisation de la bombe atomique pourrait être critiquée en vertu du quatrième principe de Grabowski: la “nécessité d’une raison proportionnée pour tolérer un effet néfaste” et la disproportion inhérente entre les victimes militaires et civiles.

Tout cela, cependant, ne porte pas directement sur les forces nucléaires non stratégiques ou tactiques, définies dans le 2010 Dictionnaire des Termes Militaires et Associés du Ministère de la Défense comme  » les forces à capacité nucléaire situées dans une zone opérationnelle et capables d’utiliser des armes nucléaires par des forces terrestres, maritimes ou aériennes contre des forces, des installations ou des installations de soutien opposées.”[13]  La question des garanties non combattantes n’entre qu’indirectement, dans ces deux dernières catégories, et le terme « zone opérationnelle » implique la proximité de forces amies, posant une limite pratique au déploiement d’armes nucléaires: sauf scénario samsonesque, les forces déployées ne devraient pas dégrader les forces qui les déploient.

À quoi cela ressemblerait-il exactement dans la pratique?  Un article publié en 2016 dans le journal des Français Fondation pour la Recherche Stratégique décrit la stratégie nucléaire russe contemporaine, qui suppose une équivalence morale et pratique entre la puissance de feu utilisée lors de l’intervention de l’OTAN au Kosovo en 1999 et l’utilisation d’armes nucléaires tactiques.  En 2000 (la politique a ensuite été modifiée), Moscou s’est réservé le droit de répondre à une attaque conventionnelle majeure par une frappe nucléaire limitée, handicapant une invasion potentielle et remportant la victoire d’un coup décisif.[14]  Plus récemment, le rapport du Département de la Défense de cette année au Congrès, concernant les développements avec la Chine, a reconnu la possibilité que le missile “tueur de porteurs” DF-26 de la RPC, qui serait sûrement déployé dans le cas où les États-Unis tenteraient de bloquer une invasion en cours de Taiwan, pourrait être doté de l’arme nucléaire.[15]

Dans les deux cas, la proposition d’utiliser des armes atomiques vise spécifiquement les forces militaires.  Ni l’un ni l’autre ne prévoit l’holocauste nucléaire universel prédit par tant de gens pendant la guerre froide.  Supposons le cas le plus probable des deux: la Chine lance un missile nucléaire hypersonique sur un porte-avions en mer de Chine orientale, naviguant au secours de Taiwan.  Le résultat presque inévitable serait la destruction rapide de l’ensemble du groupe de frappe de porte-avions et de la totalité ou de la majeure partie des 8 000 vies qui s’y trouvent, et agirait plusieurs fois de l’ampleur du 11/9, mais contrairement au 11/9, un acte de guerre, dirigé uniquement sur une cible militaire. 

Alors que beaucoup décriraient sans doute l’ampleur et la brutalité de l’attaque, selon quels critères peut-on dire qu’elle est immorale?  Frapper un porte-avions en pleine mer ne nécessite aucune discrimination entre combattants et non combattants et ne nécessite donc aucun recours au double effet.  L’alternative, selon Mattison, est un appel à la proportionnalité, et beaucoup prétendraient sûrement qu’un tel acte serait beaucoup trop destructeur pour être justifié, même avec des armes classiques (ce qui est une possibilité, et le potentiel destructeur des armes classiques vis-à-vis des armes atomiques a été noté dès le début de cet article; une dernière différence entre les deux sera examinée avant la conclusion).

Mais est-ce le cas?  Le paradigme présenté précédemment pour parvenir à la paix dans la guerre contient deux solutions militaires: l’attrition destructrice ou la victoire décisive.  La perte totale d’un groupe de transporteurs pourrait très bien, par son énormité, persuader les États-Unis de rechercher la paix avec la Chine et persuader les Taïwanais de se rendre pacifiquement, prévenant les énormes dommages collatéraux qui résulteraient nécessairement d’une invasion chinoise de l’île.  Des parallèles peuvent être vus entre cela et la politique nucléaire des États-Unis en 1945, avec la différence morale significative que l’utilisation potentielle de forces nucléaires dans ce cas respecterait l’immunité non combattante.

Une autre objection peut être soulevée: peut-on vraiment dire qu’une telle attaque telle que décrite ci-dessus est proportionnée?  Pourquoi pas une frappe de missile non nucléaire pour paralyser le porte-avions et ainsi paralyser la flotte, et non la détruire?  Une perte d’une telle énormité pourrait inciter les États-Unis à poursuivre une guerre plus longue et peut-être même à intensifier le conflit, ce qui soulève la possibilité de violer la proportionnalité et la discrimination et risque également de violer le critère de « probabilité de succès », décrit dans la lettre pastorale des évêques des États-Unis de 1983 Le Défi de la Paix comme prévu “pour empêcher un recours irrationnel à la force ou une résistance désespérée lorsque le résultat de l’un ou l’autre sera clairement disproportionné ou futile”.  Les Evêques reconnaissent également que  » la détermination comprend la reconnaissance du fait que la défense de valeurs clés, même contre toute attente, peut parfois être un témoignage  » proportionné ” « , ce qui pourrait légitimer une longue guerre.[16]

Il s’agit d’une objection qui mérite un examen pratique sérieux, mais bien qu’elle offre d’autres possibilités militaires au nom de la prudence, on ne peut pas dire qu’elle exclut définitivement l’option nucléaire comme intrinsèquement immorale.  La guerre, comme indiqué ci-dessus, est une extension de la politique et est donc essentiellement pratique.  Comme le soutient la thèse de cet article, “l’utilisation non stratégique des armes nucléaires [est] une question de prudence.”Les risques d’utiliser des armes nucléaires non stratégiques dans une situation telle que celle décrite ci-dessus, bien qu’extrêmement pesants moralement, ne sont pas qualitativement différents en soi de l’utilisation d’armes classiques.  Briser l’interdiction tacite de la guerre nucléaire qui a disparu depuis le 9 août 1945 est une autre considération tout à fait, mais, aussi importante soit-elle, ce n’est qu’une considération.

En conclusion, il ne découle pas des principes de proportionnalité et de discrimination que l’emploi non stratégique d’armes nucléaires dans la guerre constitue un acte intrinsèquement mauvais.  Les situations de champ de bataille dans lesquelles des armes atomiques pourraient être déployées ne présentent pas nécessairement de risques substantiels pour le principe de discrimination, et ce que la possibilité d’une escalade nucléaire et non nucléaire doit être gardée à l’esprit, le principe de proportionnalité n’interdit pas automatiquement un coup aussi décisif que décrit ci-dessus.  Rien de tout cela ne justifie l’emploi effectif d’armes nucléaires dans la guerre, bien que, compte tenu de la volonté des armées russe et chinoise d’ignorer les préoccupations occidentales, il soit peut-être prudent d’envisager des options nucléaires tactiques pour réduire le risque d’escalade stratégique dans l’incapacité de réagir autrement à une frappe limitée; envisager l’option de placer des missiles nucléaires à courte portée sur Taiwan pour détruire une flotte d’invasion potentielle.  Dans tous les cas, cependant, il faut se rappeler que le but de la guerre est la préservation de la paix, et que si l’emploi judicieux des armes les plus puissantes du monde contribue à cette fin, il ne faut pas la tourner en dérision mais la louer.


[1] Grant, Rebecca.  » Dien Bien Phu.” Magazine de l’Armée de l’Air, Aug. 2004, p. 78 à 84.

2 Lucas, Jim G. et Bob Considine.  » Textes de récits de Lucas et Considine sur des entretiens avec MacArthur en 1954.” Le New York Times, 9 Avr. 1964, p. 16.

3 Brodie, Bernard, éditeur. L’Arme Absolue : Puissance Atomique et Ordre Mondial. Harcourt, Brace and Company, 1946.

[4] Codevilla, Angelo Maria. « Anniversaire nucléaire.” Institution Hoover, 8 août. 2018, https://www.hoover.org/research/nuclear-birthday .

[5] Gaudium Et Spes, 7 Déc. 1965, https://www.vatican.va/archive/hist_councils/ii_vatican_council/documents/vat-ii_const_19651207_gaudium-et-spes_en.html.

[6] Paragraphe 2314. Catéchisme de l’Église catholique, 1994.

[7] « Le Pape: ne pas utiliser ou posséder d’armes nucléaires sera ajouté au Catéchisme.” Nouvelles du Vatican, 26 Nov. 2019, https://www.vaticannews.va/en/pope/news/2019-11/pope-francis-press-conference-japan-airplane.html .

[8] Mattison, William. « La Vertu de la Justice et de la Justice dans la Guerre.” Présentation de la Théologie Morale : Le Vrai Bonheur et les Vertus, Brazos, Grand Rapids, Michigan, 2008.

[9] Sun-Tzu, et Lionel Giles. « Faire la guerre.” L’Art de la Guerre, 1910, p. 28.

[10] Clausewitz, Carl von.  » Qu’Est-Ce Que La Guerre ?” Sur La Guerre, vol. 1, K. Paul, Trench, Trubner, Londres, 1918.

[11] Mattison, « La Vertu de la Justice et de la Justice dans la guerre”

[12] Il est mort le. « Le Spectacle le plus redoutable: Le Bombardement atomique d’Hiroshima.” Musée National de la Seconde Guerre Mondiale / La Nouvelle-Orléans, 6 août. 2020, https://www.nationalww2museum.org/war/articles/atomic-bomb-hiroshima .

[13] Dictionnaire des Termes Militaires et Associés du Ministère de la Défense, Centre d’Information Technique de la Défense, Fort Belvoir, Virginie, 2010, p. 241.

[14] Colby, Elbridge. « L’évolution de la Doctrine nucléaire de la Russie et ses implications.” Fondation pour la Recherche Stratégique, 12 Janv. 2016, p. 7.

[15] États-Unis, Bureau du Secrétaire à la Défense. Rapport annuel au Congrès : Développements militaires et sécuritaires impliquant la République populaire de Chine, 2021, p. 93.

[16] “98.” Le Défi de la Paix : Une Lettre Pastorale sur la Guerre et la Paix, Conférence catholique des États-Unis, Washington, D.C., 1983.